Vatel Capital FIP OUTRE-MER MASCARIN CAPITAL N°3

%
Réduction d'impôts
.82%
Frais de gestion
ans
+1 à 2 ans
Durée
%
Frais d'entrée


Date limite de souscription le 31 décembre 2020

Caractéristiques du FIP OUTRE-MER MASCARIN CAPITAL N°3

Code ISINFR0013526415
Textes de loiVatel Capital
Société de gestionVatel Capital
Valeur de la part100 € hors frais d'entrée
Souscription minimale10 parts soit 1000,00 € hors frais d'entrée
Date limite de souscription31 décembre 2020
Durée de blocage7 ans Prorogeable 2 fois 1 an
DépositaireOddo BHF SCA
Valeur liquidativeSemestrielle
Droits de garde0% si les titres restent en nominatif pur chez Oddo BHF SCA (banque dépositaire)
Frais récurrents de gestion et de fonctionnement2.82%
RégionsOutre-mer



POURQUOI SOUSCRIRE AU FIP MASCARIN CAPITAL N°3 ?

POUR REDUIRE MES IMPOTS.

En souscrivant au FIP Mascarin Capital n°3, je bénéficie de 30 % de réduction d’impôt sur le revenu en contrepartie d’une durée de blocage de 7 ans minimum, et pouvant atteindre 9 ans sur décision de la Société de Gestion, soit au plus tard le 31 décembre 2029.


À la sortie, les plus-values éventuelles sont exonérées d’impôt (hors prélèvements sociaux).

POUR DIVERSIFIER MON PATRIMOINE EN INVESTISSANT DANS LES SECTEURS JUGES PORTEURS PAR VATEL CAPITAL DE L’ECONOMIE ULTRAMARINE.

Le FIP Mascarin Capital N°3 a vocation à investir dans des PME d’outre-mer exerçant leur activité notamment dans le tourisme, les énergies renouvelables, l’agro-alimentaire et certains types de services aux entreprises.

Le fonds ne fait l’objet d’aucune contrainte sectorielle dans sa documentation légale. Ces secteurs sont énoncés à titre d’exemple.

Les investissements pourront également viser les entreprises dans d’autres secteurs d’activité pourvu qu’elles présentent des perspectives de valorisation réelles et compatibles avec l’horizon de liquidité du Fonds. Les entreprises sont sélectionnées sur des critères de maturité, rentabilité et de perspectives de croissance.



QU’ EST CE QU’ UN FIP OUTRE-MER ?

Le FIP Outre-Mer est un Fonds d’Investissement de Proximité investi dans des petites et moyennes entreprises situées dans les départements et collectivités d’outre-mer.

Depuis son introduction en 2011, seuls les investisseurs résidant dans les Dom-Com pouvaient y souscrire. En février 2017, la loi Egalité réelle d’Outre-Mer a élargi la souscription de parts de FIP Outre-Mer à l’ensemble des contribuables français.

La réduction d’impôt sur le revenu est égale à 30 % des versements effectués dans le Fonds, dans la limite de 12 000 € de souscription pour une personne seule et24 000 € pour un couple. A la sortie, les plus-values éventuelles sont exonérées d’impôt, hors prélèvements sociaux (CSG, CRDS).

QUELS SONT LES RISQUES ?

Votre argent est bloqué pendant une durée maximale de 9 ans (sur décision de la société de gestion), soit jusqu’au 31 décembre 2027, et pendant une durée minimale de 7 ans, soit jusqu’au 31 décembre 2029. Le fonds d'investissement de proximité, catégorie de fonds commun de placement à risques, est principalement investi dans des entreprises non cotées en bourse qui présentent des risques particuliers, c’est pourquoi votre investissement n’est pas garanti et présente un risque de per te en capital. Afin de favoriser la cession de ses participations en actions de PME ultramarines souvent familiales et essentiellement non cotées, le Fonds pourra être amené, au cas par cas et de manière non systématique, à conclure des pactes d’actionnaires comportant des clauses qui peuvent prévoir un plafonnement du prix de cession des actions de la société cible. Ce type de mécanisme peut être de nature à plafonner la per formance du Fonds.

Le tableau ci-dessous présente différents scénarii de performance. Dans un scenario optimiste, la clause vient plafonner la performance du Fonds à un seuil défini à l’avance (ici +8 % à titre d’exemple) alors que l’absence de cette clause aurait permis l’atteinte d’une performance supérieure (+50 %). Dans le cas où la situation de l’entreprise évolue de manière défavorable (scénario pessimiste), le Fonds reste exposé à un risque de perte en capital. Il n’existe pas de seuil minimum de plafonnement, ce dernier étant négocié avec la société cible et pouvant être inférieur ou supérieur au montant utilisé dans l’ exemple.



QUELLE STRATEGIE D’INVESTISSEMENT ?

UN PORTEFEUILLE DE PARTICIPATIONS EN PME ULTRAMARINES.
Le Fonds est constitué à hauteur de 100 % de son actif de petites et moyennes entreprises cotées et non cotées exerçant leurs activités exclusivement dans des établissements situés dans les départements d'outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte et La Réunion), ainsi qu’à Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, en Nouvelle Calédonie, en Polynésie française et dans les îles W allis et Futuna.

Les participations du Fonds dans les sociétés prendront la forme d’actions (ordinaires ou de préférence) à hauteur de 40 % minimum de l’actif du fonds, d’avance en compte-courant et d’obligations convertibles en titres de capital des sociétés concernées, principalement dans le cadre d’opérations de capital développement et de transmission/LBO. Les entreprises seront sélectionnées sur des critères de maturité, rentabilité et de perspectives de croissance.

Les actions de préférence pourront conférer un droit privilégié par rapport aux autres actions sur les dividendes ou le boni de liquidation (attribution prioritaire ou répartition préférentielle). Le Fonds n’investira pas en revanche dans des actions de préférence bénéficiant de droits (financiers ou politiques) inférieurs à ceux dont bénéficient les actions ordinaires du même émetteur, ni dans des actions de préférence qui pourraient être de nature à plafonner et/ou limiter la per formance.
Ce plafonnement pourra néanmoins résulter des pactes d’actionnaires (cf. ci-dessus).

UN PROFIL RENDEMENT/RISQUE DE TYPE OBLIGATAIRE ET ACTION.  
Les investissements sous forme d’obligations convertibles sont rémunérés le plus souvent par des versements d’intérêts et/ou de principal, sur une période de 36 mois à 7 ans. Ces coupons sont complétés d’une prime de non conversion, si la société de gestion choisit de ne pas convertir l’obligation.

En cas de conversion, le risque devient celui d’une action, avec à la clé une plus-value potentielle ou un risque de perte en capital. Le paiement des intérêts et/ou de principal n’est pas garanti et dépend de la santé financière de l’entreprise.

UNE GESTION ACTIVE DE LA PARTIE LIBRE.
La partie libre du Fonds fait l’objet d’une gestion active au travers de produits de taux, d’OPCVM ou FIA actions et d’actions non cotées ou cotées sur tous les marchés réglementés ou non réglementés.

Elle pourra représenter jusqu’à 100 % de l’actif du Fonds, notamment pendant la période d’investissement et pendant la période de pré-liquidation du Fonds.